Rien à cacher

« Je n’ai rien à cacher. »

Sans doute avez-vous entendu cela nombre de fois en essayant d’expliquer de-ci de-là les dangers du flicage qui se généralise sur internet, que ce soit par des états ou par des entreprises privées qui fournissent un service gratuit mais qu’on rémunère en fait par nos données personnelles. Ça n’est pas toujours simple d’y répondre. Expliquer le concept de métadonnées est d’autant plus compliqué que ça semble abstrait et les conséquences des collectes de données personnelles paraissent si lointaines que pas grand-monde n’y prête grand intérêt.

Voilà un documentaire très pédagogique et très bien fichu qui vous fournira un excellent support pour aborder ces questions sans sombrer dans le jargon compréhensible seulement par les dinosaures du net. On parle ici de choses concrètes, de conséquences déjà existantes et de celles qui arriveront très vite, on parle de la nécessité d’une vie privée protégée et des solutions possibles pour y arriver. Les intervenants ne sont pas des illuminés paranoïaques, on y entend par exemple un ex-directeur de la NSA, rien de moins, particulièrement remonté sur la fabrication actuelle d’états policiers, dans l’indifférence (presque) générale.

C’est suffisamment bien fait pour que votre grand-mère comprenne les enjeux, suffisamment abordable pour que vos ados réfléchissent à ce qu’ils mettent en ligne. C’est bien simple : Nothing to hide devrait faire partie du matériel pédagogique de toutes les écoles du monde s’il y avait par ailleurs une volonté de former des individus libres et pensants, ce qui n’est évidemment pas le cas comme le démontre brillamment ce documentaire.

Publicités

The handmaid’s tale.

Il y a les séries qui pétaradent, où la forme fait office de scénario, où le fond se noie dans la vacuité, où les acteurs sont transparents, où la photographie est bâclée, où on alterne action et sexe pour garder le spectateur éveillé. Et il y a The Handmaid’s tale.

Cette série en dix épisodes est un petit bijou de réalisation. Dystopie glaçante par son réalisme et sa probabilité, c’est avec des petites touches, des sous-entendus, bref, beaucoup de finesse qu’on nous décrit à la fois une société et la façon dont elle s’est construite. Certains sujets ne sont qu’effleurés, et c’est ainsi qu’ils en deviennent essentiels. D’autres sont fouillés au point d’en devenir insupportables. Et si le fond est là, la forme n’a pas été oubliée : la photographie est sublime, le rythme impeccablement géré et les acteurs sont excellents. Mention spéciale à l’actrice principale, Elizabeth Moss, qui fait jusqu’ici une carrière irréprochable avec un choix de séries intelligentes. Elle a visiblement choisi de ne pas aller se pervertir dans de grosses productions informes qui rapportent beaucoup en n’apportant rien aux spectateurs, et c’est heureux.

Même si le procédé des allers et retours dans le temps pourrait sembler éculé, il est ici parfaitement justifié et surtout parfaitement calculé. Seul bémol : le choix de la musique est dommageable, il ne colle pas toujours à l’ambiance générale, mais on pardonne facilement cet écueil devant le niveau de l’ensemble.

On découvre au générique beaucoup de noms féminins, bien plus qu’on n’en voit habituellement dans ce genre de productions, et si ça n’est pas une fin en soi, une réalisation féminine semblait indispensable pour traiter ce sujet. Il est fort probable que ce regard féminin est pour beaucoup dans la réussite de la réalisation.

The Handmaid’s tale est tiré du roman de Margaret Atwood : La Servante écarlate, et c’est la première fois qu’une série me donne très envie de me précipiter sur le livre et plus généralement sur l’œuvre d’un auteur.

Je ne peux que vous conseiller de visionner The Handmaid’s tale, mais soyez prévenus : c’est pesant (et c’est pour ça que c’est bien).


La buvette du village

 

Dans mon village, il y a souvent des fêtes. Ils sont comme ça, les Kertréplougois : il suffit d’un bout de cochon et d’un peu de musique et tout le monde rapplique pour bâfrer et danser. Quand je suis arrivée, j’ai été surprise de voir une salle des fêtes aussi disproportionnée par rapport à la taille et au peuplement du village. J’ai vite compris qu’en réalité, elle est presque trop petite.

J’ai vite compris aussi que toutes ces fêtes existaient parce que les anciens se remuent beaucoup pour qu’elles continuent d’exister. Il n’y a pas beaucoup de jeunes, dans les parages, en tout cas pas pour donner un coup de main, et les vieux ont tendance à oublier de vieillir dans leur tête. Seulement, leurs articulations commencent à grincer, alors je vais régulièrement aider. C’est normal : ces fêtes sont hautement socialisantes, et c’est surtout grâce à elles que je connais presque tout le monde au village, et inversement.

Lors de la grosse fête d’été, on me missionne à la buvette, et lors de la grosse fête d’automne, on me met au service en salle et à la vaisselle. Pour la fête d’hiver, je sers les crêpes et le chocolat chaud. Évidemment, on ne se refait pas, ce que je préfère, c’est la buvette. C’est là que les gens causent le plus, et il n’est pas rare que quelques anciens oublient que je ne parle pas le breton. Quand ça arrive, je leur réponds en picard et ça fait rire tout le monde. Bien sûr, passées quelques bières, il y a des Messieurs qui se laissent un peu aller à la grivoiserie. Et puis, j’ai une sorte d’abonné. Tous les ans, il est très saoul et oublie que l’année précédente il m’a déjà fait le même cinéma, comme l’année d’encore avant. Il veut mon numéro de téléphone, essaie désespérément de savoir quel âge j’ai, si je suis célibataire et si, à tout hasard, je ne voudrais pas le suivre derrière un talus. Le tout est braillé, explicite, pas fin. Au village, c’est devenu un sujet de plaisanteries. Ce gars-là est tout sauf méchant. Il n’est pas très malin, mais au fond, tout le monde l’aime bien. Les anciennes l’obligent à manger, histoire d’éponger un peu, et même si vous êtes un grand gaillard de quatre-vingt-dix kilos aviné, croyez-moi : vous obéissez aux anciennes sans broncher, même à la plus petite d’entre elles ! Lors du repas de la fête d’automne, il en revient parfois une en cuisine qui me lance : « Ça y est ! J’ai réussi à faire manger sa soupe à ton amoureux ! » et tout le monde se marre. Un peu plus tard, si je traîne près de la buvette, il recommencera son cinéma, comme à chaque fois. Au fond, ce gars-là est un grand maladroit qui se dépatouille comme il peut avec ses cinq cents mots de vocabulaire, l’éducation qu’il a reçue et surtout sa très grande solitude. Sa maladresse nourrissant son isolement, évidemment. Je ne suis pas idiote au point de ne pas pouvoir comprendre ça, alors à chaque fois qu’il repart dans sa grande scène, j’en plaisante avec lui autant qu’avec ceux qui nous entourent. Et puis évidemment, à la buvette, il n’est pas le seul à ne pas être fin, en tout cas selon mes critères.

Oh, ils ne sont jamais vulgaires, du moins pas trop, et ils gardent leurs mains sur le comptoir ! Mais j’en connais plus d’une , d’après ce que je lis ici et là sur les réseaux sociaux, qui hurleraient au harcèlement. Car c’est pour ça que je vous raconte tout ça : je viens de lire une jeune femme qui braillait au harcèlement parce qu’un homme lui a demandé son numéro de téléphone dans une manifestation et une autre itou parce qu’un type lui a volontairement effleuré le pied (sic) dans le métro. Elles feraient un arrêt cardiaque en moins d’un quart d’heure derrière la buvette du village. Si j’ai bien compris, elles pensent que de tels comportements font d’elles des objets sexuels, et uniquement ça. De derrière ma buvette, je vois des gars seuls et non exempts de désir qui cherchent à entrer en contact avec le référentiel dont ils disposent. J’évacue le référentiel et le désir avec une blague en général pas plus fine que les leurs. Je fais semblant de ne pas avoir vu leurs tronches incrédules devant la longueur limitée de ma robe. Et quand je les recroise plus tard, ils me causent avec courtoisie. Tous. On parle météo, vaches, cuisine ou chasse, peu importe : on parle. Je ne suis pas juste un objet de désir. Je suis aussi celle qui trait les vaches, celle qui fait des spectacles, qui écrit des livres, qui tient la buvette et qui fait le service. Celle qu’on n’y comprend pas tout parce qu’elle vient de la ville mais porte des bottes en caoutchouc quand elle n’est pas en robe. Celle qui cause. En causant, ils existent, j’existe, on se respecte chacun à notre façon et avec nos complexités ou notre simplicité, et tout va bien. Ils voulaient entrer en contact, et c’est ce qui est arrivé. Ils sont toujours seuls, mais peut-être un peu moins dans un monde où l’isolement est de plus en plus prégnant. Je pourrais aussi les accuser de harcèlement. Et alors ils seraient plus seuls encore, ce qui ne les rendrait pas plus fins et je ne côtoierais pas foule au village. Et il est probable que ça en dirait plus sur la façon dont je me perçois que sur la façon dont eux le font.

J’ai vécu le harcèlement au travail. Je sais exactement de quoi il s’agit, je sais que ça détruit même les plus aguerris. Un gars saoul qui me drague maladroitement n’est pas un harceleur. Juste un gars saoul qui drague maladroitement …


Le grand moulin à vent de la comm’

Percehaie Malebranche

Hier, j’ai discuté quelques instants avec un vendeur d’électro-ménager au rayon congélateurs d’une grande surface de distribution.

L’homme, d’un certain âge, me vantait les mérites des congélateurs armoires, avec leurs paniers-tiroirs si pratiques, contrairement aux congélateurs bahuts, dans lesquels tous les produits finissent irrémédiablement en vrac et dans lesquels on risque, pour peu qu’on ne soit pas très grand, de tomber et de finir atrocement congelé si le couvercle vient à nous retomber sur le crâne et nous assommer.

Je lui ai alors sorti l’argument imparable du poulet :
« Brave homme, lui ai-je dit, votre babil est bien joli, mais mon cas est particulier. Je vous explique : combien de poulets pouvez-vous mettre dans le plus grand de ces tiroirs ?
– Deux, voire trois, me répondit-il naïvement.
– Nenni. J’en mets un, et encore, je dois l’y faire entrer en usant d’un chausse-pied.
– Un seul…

View original post 357 mots de plus


Une aventure extraordinaire de Supercehaie

Percehaie Malebranche

photo issue de la page https://www.etsy.com/listing/202429980/super-fox-cape-pdf-pattern-felt-cloak

Après un week-end épuisant passé à sauver la veuve et l’orphelin des griffes cruelles du Mal, je goûtais hier un repos bien mérité au plus profond de mon fox-terrier (y en a bien un qui a une bat-cave, pourquoi n’aurais-je pas un fox-terrier ?). Alangui, j’avais abandonné ma puissante musculature de fauve, endolorie par l’effort et les coups, aux mains expertes d’une renarde thaïlandaise, lorsque retentit soudain la Chevauchée des Walkyries de Richard Wagner. C’était le fox-signal : quelqu’un, quelque part, était dans le désarroi et l’urgence, et avait besoin de mon aide ! Qu’importe les plaies à peine refermées, le devoir appelle ! Vite, ma cape et mon loup ! (oui, un renard masqué porte un loup) Et je m’envolais vers cette nouvelle aventure…

« Supercehaie ! Au secours ! Supercehaie ! »

C’était Alphonsine qui appelait ainsi.

Alphonsine est une gentille vieille…

View original post 1 179 mots de plus


Fiat lux, ou pas.

 

Peu à peu et sans vraiment le faire exprès, je deviens trayeuse de vaches d’urgence. Un coup de bourre, un retard quelconque, un petit besoin de souffler ? On m’appelle et je vole vers une salle de traite plus ou moins connue. L’air de rien, ça dépanne bien les éleveurs et du coup, ça me fait plaisir.

Seulement, ça n’est pas une mince affaire. Les salles et les machines à traire ne sont pas toutes les mêmes. Il faut pouvoir s’adapter en quelques minutes. Et pour pouvoir s’adapter, il faut non seulement bien connaître le comportement des vaches mais encore bien comprendre le fonctionnement d’une machine à traire. Car tous les troupeaux n’ont pas le même comportement et toutes les machines ne se démarrent pas de la même façon. En plus, s’il y a une petite panne ou un quelconque problème, sans pour autant faire la maintenance, il faut pouvoir se débrouiller seule sans embêter l’éleveur. Alors il faut savoir repérer la pompe à vide, comprendre à quoi sert telle vanne, savoir remonter n’importe quelle griffe qu’une vache aurait explosée d’un coup de patte. Il faut aussi savoir aborder des bêtes inconnues de sorte à ne pas se faire casser le bras … Bref, si ça n’est pas un travail hautement qualifié, il faut quand même comprendre parfaitement ce qu’on fait, pourquoi on le fait et comment on le fait pour pouvoir le faire et le faire bien.

Alors quand on arrive dans une ferme inconnue, on pose quelques questions fondamentales : quelle vache a tendance à taper, est-ce qu’il y a des bêtes sous traitement, combien de lait il faut donner à chaque veau, lequel boit au seau, lequel a besoin d’une tétine … Il faut penser à un maximum de choses en un minimum de temps. Et pour tout ce qu’on n’a pas pensé à demander, eh bien il faut se débrouiller !

Maintenant que le soleil se couche beaucoup plus tôt, j’ai découvert qu’il y a une question essentielle que j’ai oublié de poser. Un détail, mais un détail fondamental. Résultat, j’en ai chié. Oh, les vaches ont été adorables, même pas surprises de voir une inconnue. Quant à la machine, elle ne m’a posée aucune sorte de difficulté : même si c’est un modèle que je connais mal, j’en ai déjà vu assez pour ne pas me laisser impressionner par la nouveauté – ou l’ancienneté, d’ailleurs. Non, la question, le détail, portait sur tout autre chose : où se trouve le p….. d’interrupteur pour mettre de la lumière dans la nursery ?

Et je n’ai pas trouvé. J’ai nourri les veaux dans la pénombre.

Ne jamais oublier sa lampe frontale. Jamais.


Overdose de clitoris

Pas un jour ne passe sans qu’en lisant les journaux ou les réseaux sociaux je ne remercie la génétique de ne pas avoir fait de moi un homme. En d’autres temps et/ou d’autres lieux, il est évident que je verrais les choses sous un autre angle, mais en France, en ce début de XXIe siècle, je suis profondément soulagée d’être une femme.

Certes, si j’étais cadre supérieur, je râlerais sans doute des écarts de salaires d’avec mes mâles collègues, mais je suis ouvrière agricole, et chez nous autres les bouseux archaïques, tout le monde se salit pareillement la cotte de travail pour un salaire égal sans regarder qui a quoi entre les jambes. Et puis par ici, quand on parle de sexe, ça concerne essentiellement la reproduction des bovins. Ou alors, c’est qu’on fait des blagues. Passez deux heures avec des mamies Bretonnes loin des oreilles masculines, vous serez surpris de la teneur de leur humour. On m’a dit que les hommes font la même chose loin des oreilles féminines, mais forcément, je n’ai aucun moyen de le vérifier. En tout cas, il ne viendrait à l’idée de personne, au village, de poser son clitoris sur la table. On peut nommer l’organe, mais de là à le brandir en public, il y a des limites.

Ces temps-ci, la presse passe son temps à poser des clitoris partout. « Connaissez-vous vraiment le clitoris ? » nous demandait le Parisien le 4 octobre. « Une sculpture géante de clitoris exposée sur un rond-point suisse », nous disait Madame Figaro la veille. Et ça n’est pas le seul clitoris géant, car d’après le Huffington Post du 24 septembre, « « Clitoriz soufflé », le clitoris géant est exposé au cœur de Bruxelles. » Voilà pour la sculpture, mais les modes d’emploi ne manquent pas non plus. Ainsi, La Dépêche du 21 septembre titrait «  Le clitoris, précieux sésame pour atteindre l’orgasme pour 75% des Américaines » en écho à l’article de RFI du 14 septembre « A quoi sert le clitoris ? ». Le 3 septembre, Le Monde s’approchait du prix Albert Londres avec son article « Le clitoris, clé du plaisir féminin » alors que le 3 septembre, France Info écrivait « Le clitoris, histoire d’une omerta. » Pour dire à quel point c’est l’omerta, surtout ces temps-ci, le 3 juillet, le Figaro y allait déjà d’une vidéo « Le clitoris expliqué en trois minutes » (et chacun sait comme le Figaro est un journal révolutionnaire), le 1er septembre, France Info, encore, titrait « Clitoris, on commence à peine à en parler », et je vous passe les dizaines d’articles sur la présence du clitoris dans les manuels scolaires. Et grâce à l’imprimante 3D, on en fabrique maintenant des reproduction à la chaîne pour les poser sur la table.

Bizarrement, quand j’effectue la même recherche d’actualité non avec un clitoris mais avec un pénis, je ne trouve qu’un marathonien avec le pénis qui se balade hors short sur la ligne d’arrivée et des canards qui doublent la taille de leur pénis en fonction de leur environnement. Pas de vidéo pédagogique, aucun article didactique, seulement une bistouquette en vadrouille et des canards.

Vous noterez que l’argument selon lequel « on commence juste à en parler » a tendance à beaucoup m’amuser. Dans ma collection de livres, j’ai plusieurs ouvrages datant du début du XXe siècle qui mentionnent tant l’existence que la fonction de l’organe féminin. Ainsi, « La Femme Médecin du Foyer », édité en 1923, était un livre à gros tirage destiné à vulgariser l’anatomie. Comme son titre l’indique, il était publié à l’usage des femmes. Il s’agit d’un ouvrage extrêmement réactionnaire qui conclut son chapitre sur la vie sexuelle par cette phrase fabuleuse : « Il est de notre devoir de ne pas éviter les naissances. » La page 260 n’en est pas moins consacrée au clitoris. On y précise que « la nature n’a créé aucun organe sans but », qu’« en excitant le clitoris par des pressions ou des attouchements on peut provoquer des contractions utérines » et qu’il est « destiné à procurer des sensations voluptueuses. » La page suivante étant consacrée au pénis et à la façon dont il est innervé donc excitable. Mes arrières grands-mères pouvaient donc apprendre le fonctionnement du clitoris autant que celui du pénis dans un bête bouquin réactionnaire d’anatomie vulgarisée. Sans avoir pour autant besoin de mettre des clitoris partout.

N’allez pas croire que cela me choque. J’en ai un comme la moitié de l’humanité, ça ne me choque pas plus qu’un rein, qu’un foie ou qu’un poumon. Seulement, je ne peux pas m’empêcher de penser à ce qu’entendrait un homme qui poserait son pénis sur la table alors qu’il est de nos jours « tendance » de faire la même chose avec un clitoris. Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Qu’on enseigne l’anatomie aux enfants, c’est une nécessité de base, et il n’y a aucune raison de faire disparaître des organes des planches anatomiques. Mais pourquoi diantre coller ainsi des clitoris partout ? Et surtout, s’il s’agit d’améliorer la vie sexuelle du peuple, pourquoi alors le même travail n’est-il pas fait concernant le pénis ? Si on peut parler sérieusement du clitoris, pourquoi le pénis est-il un objet d’étude chez les canards et de raillerie chez les marathoniens à la bistouquette indisciplinée ? Si l’on explique à longueur de page l’utilité et le fonctionnement du clitoris, pourquoi ne prend-on pas le même soin d’expliquer que le pénis n’est pas uniformément innervé, que les sensations procurées par le contact de sa base ne sont pas les mêmes que celles procurées par des pressions et attouchements de son gland ? Le clitoris, c’est génial, et le pénis, c’est sale ? Tout cela me donne surtout l’impression que nombre de femmes brandissent leur clitoris exactement de la façon dont les hommes jadis – et parfois encore de nos jours – brandissaient leur pénis comme sceptre de leur puissance.

La sexualité féminine reste un champ de bataille : ces articles ne me semblent pas avoir comme autre but que de la convertir à la très sainte performance de l’époque. L’homme a le devoir de faire jouir, la femme a le devoir de jouir. Quant à la sexualité masculine, elle n’est plus traitée que sur le terrain de la déviance : l’homme n’est plus seulement l’ignorant du clitoris (j’aimerais quand même que les journalistes qui écrivent sur le sujet m’expliquent quel genre d’hommes elles ont bien pu rencontrer), mais l’homme n’est surtout plus qu’un harceleur, un violeur, un bourreau d’épouse. Si le clitoris est omniprésent, la sexualité masculine n’existe plus dans l’espace public que sur ce terrain des maltraitances faites aux femmes. A croire que personne n’a plus rien à apprendre du fonctionnement du pénis et que la sexualité masculine n’est qu’une affaire de violence.

Alors oui, en ce lieu et à cette époque, quoi que cette nouvelle sorte de féminisme maltraitante des hommes me fasse honte en tant que femme, je suis heureuse d’être une femme. Au moins n’ai-je pas à me justifier de ne pas être maltraitante par nature.

Ah oui, tant que j’y suis : les vaches aussi ont un clitoris, mais elles n’en font pas toute une histoire.

Et pour conclure : comment auriez-vous réagi si j’avais illustré l’article par une photo de pénis ?

 


Chroniques de supermarché : une découverte affligeante

Alors que je faisais mes achats au pas de course dans un supermarché – tout ce que je dois faire hors de chez moi est fait au pas de course afin de retrouver au plus vite le paisible rythme domestique – je me suis égarée au rayon des légumes en conserve. Je m’y rends très rarement, préférant réaliser mes propres conserves à domicile, d’ailleurs, à l’heure où je vous écrit, mes bocaux de poires au sirop sont dans le stérilisateur. Allez savoir pourquoi, mon œil a été attiré par un objet des plus incongru.

Là, sur un rayonnage, à la hauteur où l’on range habituellement les produits les plus chers, trônait un bocal … de minuscules patates. De la grenaille en pot en verre, baignant dans de l’eau salée. Je m’approchai de cette conserve surréaliste, pensant avoir mal vu. Il ne pouvait pas s’agir de pommes de terre, ce tubercule qui se conserve fort bien plusieurs mois dans n’importe quel local à peu près sec et sombre, personne n’aurait l’idée farfelue de dépenser de l’énergie pour stériliser quelque chose qui n’a nul besoin de l’être, j’avais forcément besoin de nouvelles lunettes. Il devait s’agir en réalité de quelque légume exotique ressemblant de loin à nos bonnes vieilles patates.

Eh bien pas du tout. Dans un bocal en verre, il y avait bien de petites pommes de terre baignant dans leur eau trouble. 2,5€ les 400 grammes. Soit 6,25€ le kilo.

Si ça se vend, c’est que ça s’achète. Il existe sur cette planète des individus étranges qui achètent des pommes de terre minuscules, stérilisées dans des bocaux en verre. Il existe des gens qui ne voient absolument pas le problème à utiliser un mode de conservation certes efficaces pour des légumes qui n’ont nul besoin de traitement particulier pour être conservés. Et qui sont prêts à payer six fois leur prix moyen pour ça. « Cuisson en dix minutes », disait l’étiquette, soit environ le temps que ça me prend de cuire ma grenaille à la vapeur.

Jusqu’alors, je pensais que bien des gens n’ont plus aucune notion de la valeur des choses. Je me suis trompée. En réalité, bien des gens ne savent plus ce que sont les choses. S’ils achètent des patates stérilisées, c’est qu’ils ne savent pas que la patate n’a besoin de rien pour être conservée pendant de longs mois.

J’ai pensé à mon voisin. Chaque année, je vais lui donner un coup de main pour ramasser ses une à deux tonnes de patates selon les années. C’est une sorte de tradition de voisinage. Je passe une demi-journée courbée sur son champ, et en échange, il me donne des patates qui me font tout l’hiver et un bon bout du printemps. Je les stocke dans des cagettes, à l’abri de la lumière. Il arrive que je m’en fasse grignoter quelques-unes par quelque rongeur squatteur, mais pour le reste, elles conservent parfaitement. Quand on ramasse les patates, on laisse la grenaille au sol. Les clients de mon voisin n’aiment pas ces minuscules tubercules qui sont pénibles à éplucher, et quand on ramasse deux tonnes, on n’est pas à cent kilos près. Il faut absolument que je lui parle des minuscules pommes de terre en bocaux. Nous avons des stérilisateurs, des bouteilles de gaz et des bocaux. Nous allons devenir riches. La bêtise a un prix : 6,25 €/kg de patate.


Mobilisation Végan contre l’abattoir d’Aubenas: Stop au dénigrement ! Vive l’élevage paysan !

Confédération Paysanne Ardèche

P1060359Alors qu’à l’appel d’associations extrémistes, une mobilisation est appelée devant l’abattoir d’Aubenas ce mardi soir, la Confédération Paysanne de l’Ardèche dénonce une nouvelle fois les dénigrements de ces mouvements « animalistes » qui, malgré eux, renforcent l’industrialisation de l’alimentation, de l’agriculture et des mauvaises conditions d’élevage pour les animaux ! L’objectif de ces associations est l’abolition de l’élevage et de toute utilisation de l’animal. Or, nous sommes en profond désaccord avec cette vision déconnectée du vivant, de notre place dans les écosystèmes, de notre culture.

View original post 467 mots de plus


De la transparence des mots

Ce matin, dans la radio publique, la chroniqueuse qui semble se noyer entre chaque phrase parce que personne ne lui a appris à respirer n’était pas très contente : elle trouve que nous manquons de compassion pour les victimes du maboule au couteau de Marseille. On ne sait plus ce qu’est une victime, nous dit-elle et sur ce point, elle a raison, mais sans doute pas pour les raisons qu’elle croit.

On ne sait plus qui est une victime car de nos jours tout le monde est une victime. Enfin non. De nos jours, toutes les femmes sont des victimes. Un femme assise dans le métro à côté d’un gars qui ne serre pas les jambes est une victime. Une femme qui se fait siffler dans la rue est une victime. Une femme qui va de son plein gré dans une émission de télévision qui n’existe que pour malmener les gens car c’est ça qui fait de l’audience puis qui pleure de s’y faire malmener est une victime. Une femme qui porte un voile est une victime. Une femme qui élève seule ses enfants est une victime. Une femme célibataire qui n’a pas accès à l’insémination artificielle est une victime. Une femme stérile est une victime. Une femme mariée à un homme qui ne passe pas l’aspirateur est une victime. À longueur de temps et d’articles, les femmes sont présentées comme des victimes impuissantes. À ces victimes-là, il faut encore adjoindre toutes les autres : celles, hommes ou femmes, des catastrophes naturelles, celles des guerres, des migrations, des répressions politiques, des violences policières, du système carcéral, des pollutions diverses, de la pauvreté, j’en passe, des aussi graves, lointaines ou pas. Quand surgit l’horreur en bas de chez nous, les victimes d’un maboule se retrouvent noyées dans le flot incessant de victimes sans gradation. Car voilà bien le souci. Le mot « victime » englobe tant de réalités et la plupart du temps sans le moindre adjectif permettant de le nuancer qu’elles deviennent toutes égales. Une femme sifflée dans la rue égale une Érythréenne violée vingt-cinq fois sur le chemin de l’exil égale une femme égorgée sur le parvis d’une gare égale une femme assise inconfortablement pour cause de guibolles masculines écartées dans le métro.

À force d’utiliser un même mot pour des situations si diverses, on le rend transparent. Et un mot transparent finit par ne plus avoir aucun impact. Notre langue est riche de trente cinq mille mots. Je suis certaine que l’usage de quelques adjectifs suffirait à redonner leur force aux noms communs qu’on a usés à tant en abuser. Sauf à considérer qu’une femme sifflée est effectivement dans la même situation qu’une femme égorgée.