La neige et les chiens – Vidosav Stevanovic

Ah ! Le romantisme de la guerre ! Les amoureux qui se rencontrent, chacun issu d’un camp différent mais qui s’aiment quand même, le commandant au grand cœur prêt à tout pour sauver la vie de ses hommes, les soldats qui protègent les civils vaille que vaille, les enfants qui s’en tirent miraculeusement en sautant dans le dernier train en partance vers un pays en paix… Bullshit.

Vidosav Stevanovic n’est pas un romantique. Et il l’était encore moins au moment où il a écrit La neige et les chiens : la guerre en Yougoslavie faisait encore rage, il avait réussi à la fuir mais pas sans la regarder en face. Et ici, il nous la restitue dans toute sa réalité, dans toute sa crudité. Cette guerre là ou une autre, c’est du pareil au même : c’est sale, ça pue, il n’y a aucune place pour le romantisme. Les civils se font dégommer et leurs cadavres pourrissent sur place, parfois après qu’on ait pris soin de voler leurs organes car les armes coûtent cher. On viole, on torture, on s’amuse à faire rôtir des enfants vivants et il arrive même qu’on en bouffe un morceau. On détruit tout, méticuleusement, au nom du nationalisme, de la religion, de n’importe quelle idéologie foireuse, l’essentiel, c’est de détruire. Ceux qui arrivent à fuir ne sont pas moins détruits, pour toujours. Ils portent irrémédiablement en eux les germes de la prochaine guerre. Et ne vous leurrez pas : si Vidosav Stevanovic use parfois de surréalisme, ça n’est certainement pas pour nous alléger le fardeau de la réalité, encore moins pour nous aider à prendre de la distance, mais au contraire pour mieux nous en imprégner, de cette réalité de la guerre. Hollywood ment autant qu’une large part de la littérature qui prétend en parler. Il nous montre même comment même les photographies des reporters de guerre ne sont que des loupes sur un instant qui occultent tout le reste. Il n’y a aucun répit, dans la guerre.

La neige et les chiens est peut-être ce que j’ai lu de plus dur. Pas dans le style, qui est parfaitement accessible à tous, mais bien pour son contenu. Évidemment, je me rends bien compte que je ne vais pas inciter grand monde à découvrir ce roman qui en est à peine un en présentant les choses ainsi. Je sais bien que beaucoup de lecteurs préféreront le romantisme qui biaise tout. Mais peut-être qu’il passera par là quelqu’un qui ne veut pas se mentir, qui veut regarder le monde en face. Si vous êtes celui-là, personne d’autre que Vidosav Stevanovic ne saura mieux répondre à vos attentes.

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

4 responses to “La neige et les chiens – Vidosav Stevanovic

  • Baron des Vaches Bleues

    Madame Ineqqiqi

    Je vous remercie de votre passionnant et très intéressant article sur le blog Botte de paille à propos des veaux et des vaches. Je vous remercie de m’avoir éclairé sur ce point. J’avoue que j’ignorai tout de la raison de cette pratique, maintenant j’en sais plus et je saurai quoi répondre aux Vegans 😉

    Sinon j’ai aussi vu le dernier le saviez-tu sur Enheduanna. En effet, je connaissais cette intrigante figure de l’histoire de la Mésopotamie et de l’Histoire des femmes. Que voulez-vous, je suis passionné par l’histoire de la Mésopotamie antique, une période qui me fascine et m’intéresse.

    Sinon, je vois que vous êtes passionnée par la Russie. J’ai, en mon humble demeure, quelques livres sur l’histoire de la Russie, si vous voulez que je vous donne quelques titres, je suis là.

    Cordialement

  • Baron des Vaches Bleues

    Au fait, Madame Ineqqiqi

    J’ai vu que vous vous êtes déjà demandé pourquoi les gens s’intéressent autant des faits divers. Si vous le désirez, j’ai une source pour vous. Il me semble (mais ça fait un an que je les ai lu, je ne me souviens plus ce qu’ils en disent) que l’on trouve une explication de cet intérêt pour les faits divers dans les deux gros livres sur l’histoire de la presse en France.

    Le livre dirigé par Claude Bellanger : Histoire générale de la presse tome 2

    Le livre dirigé par Dominique Kalifa : La civilisation du journal : histoire culturelle et littéraire de la presse en France au XIXème siècle.

    Vous y trouverez des infos intéressantes sur cette question.

  • Baron des Vaches Bleues

    Excusez-moi Madame Ineqqiqi, quand j’essaye de me connecter à votre passionnant blog Chronique de l’élevage, je tombe sur le message suivant

    Votre connexion n’est pas privée
    Des individus malveillants tentent peut-être de subtiliser vos informations personnelles sur le site botte-de-paille.fr (mots de passe, messages ou numéros de carte de crédit, par exemple). En savoir plus

    Est-ce qu’il y a un problème ?

  • LA NEIGE ET LES CHIENS (I) | LE TRAIN EN MARCHE

    […] Beau compte rendu sur le blog de Tagrawla Ineqqiqi. […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :