L’injure et les femmes en politique

pilotell

J’ai entendu hier des gens polémiquer, dans l’émission 28 Minutes, sur Arte, au sujet d’un député qui a appelé Marisol Touraine « MST ». La question n’était pas tant de savoir s’il est grave d’injurier une ministre, mais visiblement, les chroniqueurs trouvaient grave d’injurier une femme. Visiblement, c’est une circonstance aggravante. Au delà, ils semblaient découvrir l’injure en politique, comme si c’était nouveau.

Sur ce second point, j’aimerais qu’on m’explique la nouveauté.

Les Grecs de l’Antiquité n’hésitaient pas à piétiner la tombe d’un ennemi politique en signe de mépris ultime. Sénateurs et intellectuels romains s’insultaient avec férocité, surtout lorsque cela touchait à la vie privée de l’adversaire. Au Moyen Âge, l’injure est une des expressions de la violence la plus fréquente, pouvant mener à des rixes parfois mortelles. On se souviendra également de Napoléon assénant à Talleyrand:  » Vous êtes de la merde dans un bas de soie ! » ou encore de Victor Hugo avec son célèbre « Napoléon le petit ». Au début du XXe siècle, les insultes ont souvent des relents antisémites, sexistes ou, plus tard, anticommunistes. En 1933, Léon Blum fut qualifié par une certaine presse d’« hybride ethnique et hermaphrodite ». Pendant Mai 68, les Troskistes sont nommés « petis bourgeois gauchistes » par les autres communistes. Plus récemment, en 2006, Fabius qualifia Sarkozy de « caniche de Bush ».

L’injure en politique est aussi ancienne que la politique elle-même. Dès lors, si les femmes politiques subissent désormais des injures, c’est parce qu’elles sont entrées en politique et non parce qu’elles sont des femmes. Penser que c’est plus grave parce qu’elles sont des femmes, c’est penser que les femmes sont trop fragiles pour encaisser ce genre de propos. Dès lors, c’est aussi penser qu’elles ne sont pas assez solides pour faire de la politique. Les pseudo-féministes qui érigent ainsi les femmes en êtres sacrés qu’on ne peut effleurer n’ont strictement rien compris. C’est une façon parfaitement stupide de traiter la question. Et de fait, quiconque, homme ou femme, n’a pas assez de force d’esprit pour ne pas craquer dans l’arène politique ferait mieux de ne jamais y entrer.

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :