Remerciements

Tout le monde se souvient d’où il était le 11 septembre 2001. Je réalise avec du recul à quel point, eu égard aux circonstances d’alors, je n’avais pas du tout réalisé l’impact de l’événement sur le peuple américain.
Après plusieurs mois de bourlingue, je venais d' »emménager » dans un vieux camping à l’abandon où résidaient déjà toutes sortes de marginaux plus ou moins volontaires. Je ne disposais alors que d’une tente, je n’avais ni radio, ni télévision. Je bouquinais ce jour-là à l’ombre des pins. Les cigales commençaient à me casser les oreilles quand j’ai entendu dans les caravanes alentour le son des radios et des télévisions augmenter. J’ai bien compris alors qu’il se passait quelque chose, mais les cigales n’avaient nullement l’intention de laisser filtrer l’information jusqu’à moi.

Comme je vivais alors isolée, presque en ermite, je n’ai vu les gros titres des journaux que quelques jours plus tard, et je n’ai découvert les images qu’à Noël. 3000 morts n’étaient alors qu’un chiffre. Je ne me rendais pas vraiment compte de ce que ça impliquait. Fort bêtement, je n’y voyais qu’une égratignure à l’Amérique de Bush Jr et à sa politique extérieure globalement abjecte. Je n’ai pas vraiment vu les innocents tués, je n’ai pas réellement pensé à leurs familles, j’ai encore moins envisagé ce que pouvaient ressentir les américains dans leur ensemble.

Hier, j’étais devant mon ordinateur. J’ai lu une première dépêche annonçant une fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo. Je me suis dit que l’ambiance de ce pays était vraiment puante. Je n’ai pas imaginé un instant qu’il y avait des morts. Mais ça n’a duré que quelques minutes avant que je ne réalise ce qu’il se passait vraiment. Il m’a fallu à peine plus de temps pour que je comprenne ce que cela impliquait dans le long terme, pour que je prédise sans difficulté le déferlement de récupérations et de haine, le vol des charognards qui ne manquerait pas de suivre. Il m’a juste fallu quelques minutes pour que je m’effondre comme si j’avais été personnellement touchée par cette exécution – car il s’agit bien d’une exécution. Et de fait, ce sont bien les valeurs fondamentales de mon pays, de ma culture, qui ont été attaquées. Et que je ne sois pas une lectrice de Charlie Hebdo n’y change rien.

Je me suis effondrée et j’ai, encore aujourd’hui, du mal à me concentrer.

Mais j’ai vu le monde entier réagir. Sur les réseaux sociaux, des petits mots de soutien, des images, des dessins. Dans les rues, des rassemblements, en France certes, mais aussi un peu partout dans le monde. J’ai réalisé, alors même que cette exécution n’a pas grand-chose de comparable avec les attentats du 11 septembre, la douleur que les américains avaient pu ressentir.

B60NxquIUAETpb5

Toute question politique mise à part, j’ai aujourd’hui seulement envie de remercier tous ces gens qui, à travers le monde, ont montré leur solidarité pour les Français et pour la liberté de la presse. Tous ces petits messages, toutes ces images parviennent à nous rappeler que la sauvagerie de tels actes est très loin d’avoir gagné la partie et qu’il y aura toujours des humains capables d’exprimer l’empathie dont j’ai moi-même parfois manquée.

La seule réussite de ces imbéciles est d’avoir mis en lumière la capacité de solidarité des humains. Et même si ça ne durera qu’un court instant, c’est ce visage-là de l’humanité qu’il nous faut conserver.

 

 

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :