Flatland de Edwin A. Abbott

Flatland_(second_edition)_cover

Flatland est un petit bijou de la fin du XIXe siècle. Le narrateur est un Carré, et oui : on parle bien ici de la figure géométrique. Mais il n’est pas n’importe quel Carré : il est mathématicien et il vit à Flatland, un pays aux mœurs forcément étranges puisqu’il ne comporte que deux dimensions. Ce sont d’ailleurs ces mœurs qui nous sont décrites dans la première partie du roman, et c’est aussi là qu’il ne faut pas perdre de vue l’époque à laquelle ce livre a été écrit. Les femmes n’y sont pas à la fête, et c’est le seul aspect agaçant du récit. Pour le reste, Edwin A. Abbott déborde d’imagination quand il lui faut nous narrer l’organisation sociale de Flatland. En outre, les Triangles isocèles sont au bas de l’échelle sociale, les Cercles sont les prêtres tout-puissants et les Polygones irréguliers sont détruits dès la naissance.

Notre guide, le Carré, nous explique ensuite comment il découvrit en songe un pays à une seule dimension. Évidemment, il tente d’expliquer, de démontrer et de prouver au monarque de cette terre nouvelle qu’il existe un pays à deux dimensions. Évidemment, le monarque ne voudra jamais le croire : comment envisager ce que nos sens ne peuvent nous montrer ? Enfin, notre Carré va vivre une expérience incroyable : une Sphère lui apparaît et l’emmène au pays des Trois Dimensions. Une hérésie, pour les prêtres de Flatland.

Vous l’avez compris, l’objectif de Abbott n’est pas de nous faire un cours de géométrie (quoique …) mais d’interroger notre perception du monde et la fiabilité de nos sens. Dans chaque pays visité, l’énonciation de l’existence possible d’une dimension supplémentaire engendre au mieux des moqueries, au pire la mise à mort. On ne nous parle pas ici de Flatland, mais bien de notre monde en trois dimension tout à fait réel.

Flatland est drôle et érudit, soulève beaucoup de questions et on restera épaté par la préfiguration des théories plus tardives d’Einstein qu’on lira entre ces lignes. Un conte à découvrir, que vous soyez amateur de sciences ou de théologie.

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

2 responses to “Flatland de Edwin A. Abbott

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :