Les anticapitalistes des réseaux sociaux

Il y a des tas de choses que je ne comprends pas. Par exemple : la théorie des cordes. J’ai lu des livres, assisté à des conférences sur le sujet, j’y ai mis toute ma bonne volonté, toute ma curiosité, mais je n’y comprends rien de rien. Je ne comprends pas non plus pourquoi les aliments pour chats sont au bœuf alors que je n’ai jamais vu un chat, même affamé, chasser un bœuf. En parlant de chat, je ne suis pas non plus tout à fait certaine d’avoir bien compris l’histoire du chat de Schrödinger. Je ne comprends pas plus pourquoi les japonais sont les champions du monde quand il est question d’inventer un bidule improbable. A vrai dire, il n’y a pas beaucoup de choses que je comprends dans la culture japonaise qui me laisse souvent dans l’expectative.

Et dans la longue liste des choses que je ne comprends pas, il y a les anticapitalistes de l’Internet. Je m’explique. Je conçois – difficilement, mais en faisant un petit effort, j’y arrive – qu’on puisse être anticapitaliste. Il y a peut-être des gens que ça ne dérange pas de ne rien posséder. Peut-être trouveraient-ils tout à fait normal que n’importe quel quidam entre dans un chez eux qui ne leur appartient pas, se serve dans le frigo et dorme dans les draps qui de toute façon ne sont pas à eux. Peut-être seraient-ils tout à fait d’accord pour que je vienne prendre les légumes de leur jardin puisque le jardin ne leur appartient pas et les dits-légumes non plus. C’est leur bon droit de penser que la propriété c’est le mal, la propriété étant la base même du capitalisme.

Seulement, voilà que les mêmes usent de leurs ordinateurs fabriqués par des boites capitalistes, ordinateurs la plupart du temps équipés de softwares du très capitaliste Microsoft pour écrire que le capitalisme c’est mal sur Facebook, Twitter ou n’importe quel autre réseau social appartenant à des capitalistes et étayent leur propos grâce à des liens trouvés sur le non moins capitaliste Google. Il est même probable que certains aient acheté leur ordinateur après avoir économisé de l’argent sur un Livret A qui a participé à alimenter les banques qui l’ont elles-mêmes utilisé pour spéculer, ce qui est sans doute l’action ultime du capitalisme.

Tentant de les comprendre, j’ai envisagé qu’ils pensaient peut-être ne pas avoir le choix. Peut-être ne se rendent-ils pas compte qu’ils bénéficient, comme tout un chacun, d’un libre arbitre. Pourtant, chez les anticapitalistes, la notion de choix existe bien puisqu’ils disent souvent qu’il faut choisir autre chose que de boire du Coca-cola et de manger dans des fast-foods parce que ces entreprises sont capitalistes. Et voilà que je sombre de nouveau dans l’incompréhension. Google et Facebook sont cotés en bourse de la même façon que Coca-Cola et Mac Donald, ils ont aussi des salariés et je ne pense pas qu’une femme de ménage chez Google soit moins exploitée qu’un salarié de restauration rapide.

Croyez-bien que je me creuse les méninges, mais il m’apparaît sans cesse que les anticapitalistes de l’Internet (et peut-être d’ailleurs) sont des acteurs, comme les autres, du capitalisme. Alors pourquoi dire qu’on rejette ce à quoi on participe activement ?

Je me suis dit que ça n’était peut-être pas la propriété privée dans l’absolu qui posait problème, mais le système économique basé sur « l’entreprise privée et la liberté du marché ». C’est comme ça que mon dictionnaire définit le capitalisme. Mais ça ne change rien du tout. Enfin, si : je ne pourrais plus aller prendre des légumes dans leur jardin. Mais si la recherche du profit, pour un anticapitaliste, est à bannir, il est évident que ces entreprises de l’Internet font des profits quand on utilise leurs services. Même quand c’est un anticapitaliste qui le fait : les actionnaires ne font pas le tri.

Me voilà bien embêtée. J’ai beau retourner la question dans tous les sens, je vois toujours quelques entreprises hors Internet servant de symbole aux anticapitalistes qui dans le même temps nourrissent d’autres grosses entreprises de l’Internet qui répondent pourtant aux même critères que les premières.

Alors peut-être y-a-t-il finalement dans tout ça beaucoup d’hypocrisie. Mais je me trompe peut-être puisque je n’y comprends rien.

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :