Faits divers : la rubrique des enfants écrasés

Depuis une semaine, la mode dans la presse est à l’enfant maltraité. Il y en a pour tous les goûts : enfants mis en boite, enterrés, sexuellement abusés ; ils sont à la une de tous les torchons régionaux et de quelques torche-culs nationaux. Il faut dire que côté marronnier, c’est la saison creuse : il n’y a plus de chassés-croisés noirs de bison futé, les habituels défilés syndicaux de l’automne ont été relativement modérés, les chrysanthèmes de la Toussaint sont encore loin et les Roms ne suffisent pas à remplir toutes les pages, malgré tous les efforts de toute la classe politique.

Et puis, les enfants, c’est pratique. Ça joue sur la corde sensible. Ça fait pitié. Ça met en colère, tant d’injustice. Tout le monde se sent concerné. Bref, ça fait vendre. Et ça fait aussi causer Roger au comptoir qui braille entre ses deux ricards que ces salopards, il faut les pendre par les couilles en place publique.
Soyons patients : d’ici quelques jours, la tendance des faits divers passera à autre chose. Le client se lasse vite, on ne peut pas lui raconter la même histoire trop longtemps. Alors après les chiens abandonnés de l’été et les enfants maltraités de l’après-rentrée, on aura au choix la dangerosité des motards, une quelconque bactérie dans le fromage ou le viol des personnes âgés par les jeunes barbares (ceux qui ne sont pas assez blancs). Roger n’a pas à s’inquiéter : il aura de quoi alimenter ses colères saoûlographiques.
Pendant ce temps-là, 700 enfants continueront de mourir chaque année sous les coups de leurs parents (un papa une maman), dont le petit voisin de Roger qui n’aura pas appelé la police parce que le petit Kevin est un casse-couilles qui mérite bien ses branlées et que de toute façon, Roger, il ne parle pas aux flics.
Et si le journaleux du bled vient lui poser la question, il dira que tout ça, c’est la faute au manque de flics, au laxisme de la Justice et qu’il ne pouvait pas se douter parce que ces gens-là étaient rudement sympas, même que des fois le père remettait la tournée.

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :