Couleurs de Bretagne

Pour aller à la Poste – où flotte une odeur de couscous, allez comprendre – il faut prendre la voiture et faire quelques kilomètres sur une route sinueuse. On longe quelques champs de maïs presque mûrs en bordure desquels les fougères commencent à prendre une teinte jaune d’or, quelques pâtures où de paisibles bovidés noirs et blancs sont couchés dans l’herbe tendre sous des arbres immenses, dont certains commencent doucement à revêtir le roux de l’automne, puis la route traverse un bois où l’on est plongé dans une semi-obscurité. On croise quelques maisons qui sont là depuis des siècles, bâtisses de toutes les tailles, toutes en granit et toutes couvertes d’ardoises bleutées, et on rencontre toutes les nuances imaginables de vert.

Quand on arrive au bourg, tous les jardinets débordent de massifs de fleurs de toutes les couleurs et quelques citrouilles orange font des taches sur la terre noire. Malgré le ciel gris – de toutes les sortes de gris et aussi de bleu et de blanc – on en est ébloui.

Celui qui a dit que la Bretagne est grise a dû oublié d’ôter ses lunettes de soleil …

 

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :