12h54 (suite)

12H54

12H54 Je ne peux quand même pas rester cloîtrée chez moi ! Je retourne me promener. A peine suis-je sortie qu’il se met à pleuvoir. Une grosse pluie de fin d’été, de celles qui tombent drues, lavent les trottoirs et emmènent les mégots, papiers gras et autres déchets à l’égout. La ville me paraît plus grise qu’à l’accoutumée. Plus calme aussi. Il ne passe qu’un véhicule de temps en temps. La pluie a chassé les piétons et fait taire les oiseaux. Il n’y a que les clapotements de l’eau dans les flaques et pas même le bruit de mes pas sous mes semelles souples. Je traverse le quartier qui semble déserté. J’arrive au pied de la première tour du quartier suivant. Je n’étais jamais venue ici. Il n’y pas pas plus de monde au pied des immeubles. J’avance encore. Par une fenêtre laissée ouverte au quatrième étage, j’entends soudain de la musique. Je m’arrête pour écouter. Je reconnais le son si particulier des cordes d’un guembri auquel se mêle les claquements nets d’une darbouka. Je reste là, le nez en l’air, à écouter cette musique si mélancolique. Une flûte a rejoint le concert. Soudain, quelqu’un apparaît à la fenêtre. Un homme d’une cinquantaine d’années, souriant, me fait signe. Je lui renvois son salut.

« Ça te plaît, mademoiselle, la musique ?

– Oui ! Acquises-je avec un sourire, réalisant soudain que je n’ai parlé à personne depuis que j’ai quitté le bureau.

– Monte ! C’est pour tout le monde la musique ! Et prends l’escalier, y’a pas d’ascenseur ! ajoute-t-il rigolard. »

Ravie de l’invitation, j’entre dans l’immeuble et tire la porte de l’escalier. Je suis saisie à la gorge par l’odeur infecte qui s’en dégage, mélange d’urine, de poussière et d’humidité. Je monte les marches deux par deux. J’entends la musique se rapprocher. Je pousse la porte du quatrième. Le pallier est plein de gens, de tous les âges et de toutes les couleurs. On me salut, on me dirige vers l’appartement. Que de monde ! L’homme de la fenêtre vient à ma rencontre. Il me prend dans ses bras, me donne de grandes claques amicales dans le dos .

« Ah ! Mademoiselle ! Sois la bienvenue chez nous ! Tu n’es pas du quartier, toi ! Fais comme chez toi ! Tu veux du thé ? Du jus d’orange ? Manger ? On a des gâteaux : vas te servir dans la cuisine ! »

Et de me pousser vers la dite cuisine. Je n’ai pas le temps de dire merci, pas le temps de poser la moindre question que je suis entourée de dames d’un certain âge qui me souhaitent la bienvenue, me fourre un verre de thé brûlant dans une main, un gâteau collant dans l’autre. On me demande d’où je viens et à peine me laisse-t-on le temps de répondre avant de me pousser vers le salon. Une table basse en bois marqueté a été poussée contre un mur. En face, sur le fauteuil de tissu chatoyant sont assis en tailleurs trois joueurs de guembri. Devant eux, assis par terre, il y a deux percussionnistes et leurs instruments en terre et un joueur de flûte en roseau, toute décorée de motifs berbères.

Devant eux, de jeunes gens dansent en tapant des mains. De temps en temps, un youyou est lancé dans la cuisine, suivi d’autres.

Je reste là, bouche bée. Des tas de gens entrent, sortent, boivent, mangent, rient, discutent. Personne ne parle de l’électricité coupée, du moins pas en français. La musique me fait tourner la tête. Les morceaux s’enchaînent, me font successivement rire et pleurer. Je réalise d’un coup que je suis entrain de danser sans trop savoir comment c’est arrivé. J’oublie le temps qui passe. Personne ne me parle, je ne parle à personne. Je me sens bien.

Bientôt la lumière décroit. Les musiciens s’arrêtent de jouer. On commence à installer des bougies. J’ai peur de rentrer seule dans la nuit. J’ai peur de déranger. Je décide de rentrer chez moi tout de suite. Je pars discrètement. Personne ne me retient.

22H42

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

2 responses to “12h54 (suite)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :