16H54

16H42

16H54 Je n’aurais jamais cru voir un jour une scène pareille ! Toutes les boutiques du centre-ville sont entrain de se faire piller. Il y a là toutes sortes de gens : des mères de famille, des adolescents, et même des personnes âgées. Il y a des centaines, peut-être des milliers de gens qui courent dans tous les sens les bras chargés de vêtements, de téléphones portables, d’ordinateurs, de chaussures et même de kilos de bonbons. Au bout de la rue, une petite escouade de CRS qui n’a pas l’air de prévoir d’intervenir. Il y a trop de monde. Ça doit être entrain de dégénérer de partout. Je progresse lentement dans l’artère principale. Des gens se battent pour un chiffon. Des enfants laissés seuls pleurent dans l’indifférence générale. Je voudrais presser le pas mais c’est impossible. En zigzagant tant bien que mal dans ce foutoir, j’arrive enfin sur la place de la préfecture. Il y a un peu plus d’espace. Les grilles de l’administration ont été fermées. Deux rangées de gardes mobiles carapaçonnés les protègent. Une simple panne d’électricité peut donc provoquer un tel marasme ? Je sors de la zone piétonne. Ici aussi la circulation est complètement bouchée. Tous les automobilistes sont sortis de leurs voitures. Certains klaxonnent encore. Les commerces asiatiques ont tous baissés leurs rideaux. J’entre enfin dans mon quartier. Les cafés maures sont pleins à craquer, je ne les ai jamais vu aussi animés. Des gamins s’amusent à casser les voitures abandonnées en pleine rue par leur propriétaires. Une vieille dame voilée les engueulent en arabe et les gamins déguerpissent. 18H08 J’arrive enfin chez moi. Je gravis les escaliers, referme la porte derrière moi et tire les deux verrous. Je prépare du thé. Heureusement que la cuisinière n’est pas électrique. Il n’y a pas grand chose d’autre à faire : je m’installe dans le canapé et reprends ma lecture.

« VIII

 Comptons ce qu’il me reste :

Trois jours de délai après l’arrêt de mort … »

18H08 Je monte dans la voiture d’Osmane.

« Inquiétant, tout ce bazar, quand-même, dit-il.

– Les habitués de la télé vont passer une sale soirée, plaisanté-je.

– Ouais. En tout cas, heureusement qu’on a nos éoliennes municipales, ça m’aurait emmerdé de perdre toute la viande du congélateur !

– Tu crois que ça va durer ?

– C’est quand même inhabituel. Avant les éoliennes, on avait l’habitude des pannes, dans la région, mais c’était quand même localisé. J’ai bien peur que ça ne s’arrange pas de si tôt ! »

Osmane me dépose devant chez moi. Je lui propose un verre, mais il va être l’heure pour lui d’aller nourrir ses vaches.

J’épluche les légumes pour la soupe de ce soir. Pendant qu’elle cuit, je lis le journal du canton sur un coin de la table de la cuisine en buvant un verre de cidre. Je n’arrive pas à me concentrer. Quelle histoire, tout de même. Et si l’électricité n’était jamais rebranchée ? Au village, on s’en sortira sans trop de souci, mais en ville ? Et si on voit arriver un afflux de … de réfugiés ? Je mixe la soupe. Je n’ai pas très faim, je mangerais plus tard. Je prends un calepin et commence à noter les questions et les propositions pour la réunion de demain. Je dîne d’un bol de soupe. Dans l’idéal il faudrait que je me remette au travail, mais je n’ai pas l’esprit tranquille. Je reprends ma lecture.

La terre est aujourd’hui comme un radeau qui sombre. 

Les dieux, ces parvenus, règnent, et, seuls debout,

Composent leur grandeur de la chute de tout …  

Suite 

Publicités

À propos de Tagrawla Ineqqiqi

Auteur, mécréante, vachère, grande consommatrice de pop-corn politique. Voir tous les articles par Tagrawla Ineqqiqi

2 responses to “16H54

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :